la musique

Suivant la progression du récit, la musique d’YPAK?, par sa formation instrumentale innovante, accompagne le questionnement existentiel que pose l’univers de Camera Obscura. Elle se veut le reflet de la progression d’Eurydice dans un monde aux repères étranges. Elle souligne l’expression des sentiments de l’héroïne tout au long de ses rencontres et de ses expériences.

 

Sur scène, l’instrumentarium de la formation donne la part belle aux effets sonores les plus divers. Orner, souligner, surprendre afin de donner vie et colorer tous les tableaux qui illustrent cette histoire hors du commun, telle est l’intention première des musiciens.

Dans un spectacle qui puise ses racines dans l’univers de la bande dessinée, la musique et les sonorités propres au groupe tendent à conférer au récit un mouvement, une énergie qui donne à l’œuvre un aspect proche de la cinématographie.

Le son chaud et brut des dun-dun, le cliquetis métallique des nombreuses cloches, la puissance ample des cymbales, l’énergie rythmique des peaux, la profondeur de la guitare basse, le monde des sons électroniques et la musicalité du saxophone révèlent chaque instant de cette épopée.

 

Par le biais de la mélodie ou du bruitage, Ypak ? met en relief les plus in mes détails du scénario. Ces univers sonores ainsi créés, appuient et rendent encore plus vivant chacun des tableaux qui constituent cette incroyable aventure aux portes du rêve et de la conscience.

 

Musiciens :

Guillaume Antonicelli : basse électrique

Max Fueris : batterie, guitare, voix

Philippe Gilbert : sax alto, machines

Grégoire Ternois : percussions